Sur Frédéric Benrath. Textes d'Alice Baxter parus.


___________________________________________________________________________________



   Texte paru dans la revue "Jungle" numéro 6. La mémoire/l'amnésie. janvier 1983.

              


                                                                     Moires

-déserts-rumeurs-comme dans la nuit-
(notes sur la peinture de Frédéric Benrath)


                                                                              "Celui seul est apte à la contemplation
 qui n'est esclave de rien."
                                            Ruysbroeck
     
   Désancré, délesté de tout point de repère, le regard vague d'éclair en éclair, d'ombre en ombre, furtivement. Rien ne balise plus son trajet, rien ne l'emprisonne dans cette peinture à la forme faillie, à la structure absente. "Si forme il y a, je ne la veux que fantomatique, aléatoire, que sa nécessité naisse de la nécessité du tout" (FB. Lettre à Alice Baxter). L'espace n'offre plus aucune prise au regard, et pourtant le prend tout entier, captivé, le regard, dans ce lieu de perdition... Le corps a perdu son axe, l'espace a perdu le nord, la vision son histoire... Peinture à la mémoire désintégrée. Face à elle, le corps lui-même s'atomise ou s'ensable, à son image sans image. "Notre mémoire est dehors  maintenant, répandue... brûlée (1). Grains de pollen. Lieu originel sans origine, où l'on assiste en même temps à la formation et à la désintégration des éléments, à l'incessante construction-déconstruction de la peinture, de tableau en tableau guettée, inquiétée, harcelée. Lieu d'effondrement central, l'essentiel se passant à la périphérie de ce lieu. Désert.

   Cette peinture ne figure pas le désert, n'en donne aucune image, ne l'exprime pas, mais en donne l'esprit. "Un désert mental, désert où la soif ne peut être assouvie à aucune oasis, où l'agoraphobie n'est pas géographique, mais psychique, où la lumière est aveugle et le soleil brisé. je n'ai pas assez de mots pour dire ce que je tente dans ma peinture, sans doute parce que ce que je tente c'est cet impossible sans nom" (FB. Lettre à Alice Baxter). Est-ce de l'inconnaissable, de l'inconcevable mémoire du monde, dont l'artiste s'approche, sans jamais en cerner l'énigme?

   Pas la négation pure, pas un absolu d'absence. Mais un lieu bruissant, où passent des "rumeurs", frémissements de vide, clartés avortées, masses d'ombres.

   Parfois, une allusion d'éclat laisse entrevoir l'envol... éros suspendu.

   Parfois, un trou noir, halo cendré, annonce l'enlisement... éros englouti.

   Entre ces deux pôles, des "fragments frissonnants" (2).

   Comme une pulsation du corps, d'un corps obscur, d'un immense corps désertique.

   "Le lieu devrait être celui de l'oubli et de la mémoire défaillante, c'est-à-dire avec des accidents de lumière, des pointes de clarté vive, des trous d'ombre, des cassures - et où il se passerait des choses qui ne seraient pas annoncées"... (3) "des transports de lumière, des ombres noires, des tremblements d'étoiles" (4).

   Le murmure recelle une longue accoutumance à l'intense, au drame, et refuse d'en livrer la douleur scandaleuse. Sans épanchement et sans emphase, les couleurs ne déclament rien. Elles ne racontent aucune histoire, ne décrivent aucun spectacle, ne divulguent rien de leur traversée dans la vie du peintre. La couleur soufflée à voix basse en un lent soliloque, expire en cris étouffés, en stridences informulées, propagés de loin en loin dans la houle du silence. "N'entendez-vous pas cette voix épouvantable qui hurle de tout l'horizon, et que l'on appelle d'ordinaire le silence?" (5). Ce qui ne peut être dit, ce qui se devine dans l'excès tumultueux du silence, saisissable au regard du sourd, est absorbé d'écho en écho  dans la mutité de ces tissus gorgés de vide, les touffes obscures de l'espace peint. Eclats voilés, rumeurs... qui dépersonnalisent, dissolvent l'identité, brouillent les pistes, et appellent au non-sens, dans l'impossible de tout repère, de tout déchiffrement. Aucune certitude. La rumeur allie la fugacité de l'éclair à une opacité de brume. Il y a seulement des "on-dit" chuchotés -amnésies flottantes- dont le porte-à-faux est plus vrai que le vrai. "Si nous n'en comprenons pas le langage, nous en entendons la voix" (6) . Elle seule suffit. Elle seule importe. Car cette peinture ne recherche aucune justification dans le monde, ne donne aucune preuve de vécu. Défaisant le monde des réalités, elle entr'ouvre le monde des possibles, des utopies, en percée fulgurante ou porte dérobée. Ce  qui se réalise dans cette peinture, et ce qui s'irréalise dans la poésie, le rêve ou la mystique, se rejoignent en ces lieux de grande altérité.

   Labyrinthe éclaté, morceaux d'espace sans préexistence d'un tout grand ordonnateur. lambeaux de rêves vacants. Ce que l'on frôle aux abords du sommeil, où le tangible et l'intangible s'embrouillent en vastes coulées de somptueuses grisailles.

   Le courant de la pensée se trouve soudain suspendu, porté par d'interminables ondes colorées, avalé par une mouvance hypnotique dont le tableau détient le secret. On ne sait pas à quel moment on cesse de regarder pour commencer à voir. On ne sait pas quand ni comment a lieu la chute, la plongée ou l'envol. On ne sait pas si le corps est en état de gravitation ou d'enlisement. le vertige ravit à soi-même le corps déambulatoire. Comment rester debout, au centre du silence, sans vaciller dans son abîme? Aux confins du sommeil, le corps tangue. Balancement de la marche dans le désert, désertion perpétuelle, où l'on désapprend à chaque pas. D'abord, et enfin, la parole perdue. Le désert est le lieu de la parole vaine, où s'aveuglent les mots à l'incendie solaire. Brûlés, calcinés par la radiance noire. Seul, le souffle tient en vie, dans ces laps d'infinis déracinés, sans latitude. Voyageur somnambule, le regard a quitté le monde, n'entre plus nulle part au monde, pour ne plus jamais terminer ce geste de venir...


                                                                                                                    Alice Baxter
                                                                                                    ( extraits de    Frédéric Benrath.
                                                                                             Mémoire du Regard - Vertige des Horizons)


1) Marguerite Duras. 2) Virgiania Woolf. 3) Marguerite Duras. 4) Ruysbroeck. 5) Buchner. 6) Malraux.




























___________________________________________________________________________________





   Texte paru dans les Nouvelles Littéraires n° 2627. Semaine du 16 au 23 mars 1978.



                                                         FREDERIC BENRATH
                                                             Galerie Le Lutrin                                                         
                                                        4 Place Gailleton. Lyon.
                                                             Jusqu'au 25 mars.


        Benrath expose une série de grandes toiles comme autant d'"étendues", dont le nom révèle  à la fois l'immensité, le dénuement et l'ambiguïté. Peinture dont la lecture ne se paie pas de mots, difficile à cerner par le langage, parce que de plus en plus dépouillée, de plus en plus dénantie des lois de la grammaire picturale traditionnelle. Et pourtant, si la vision de cette peinture ne laisse en mémoire aucune image définissable comme telle, loin de toute référence anecdotique, naturelle ou symbolique, elle n'en reste pas moins d'une prégnance extrêmement forte et persistante, proche de la fascination. L'expression "nudité sans image" qualifie bien actuellement cet espace peint, où physique et mental se confondent dans le regard nu. Cette peinture ne représente rien sinon, dans la lisière d'un monde entre rêve et réalité, entre plaisir et douleur, entre désir et peur, les zones obscure d'un silence peint. "N'entendez-vous par cette voix effroyable qui hurle de tout l'horizon, et que l'on appelle d'ordinaire le silence"...  dans ces lieux hors frontières, déserts, indéchiffrables,seulement traversés de mouvances troubles, de fluidités sombres, d'ondes obliques de brume ou de transparence, d'opacité ou de clarté, brisant le vertige de l'horizontalité? L'épaisseur et la densité ne sont pas seulement synonymes de ténèbre, mais aussi de l'énigmatique lumière de l'ombre, dans les sables de l'espace, sans nature et sans nom.

                                                                                                                                        Alice Baxter